Titre image pour l'article Pourquoi la blockchain est bien plus qu'une simple tendance
TEXTE de Jürgen Baltes

Pourquoi la blockchain est bien plus qu'une simple tendance

Une chaîne virtuelle fait actuellement beaucoup parler d'elle. Il s'agit de la blockchain, la technologie sous-jacente de la cryptomonnaie Bitcoin, qui s'apprête à transformer tous les processus possible, que ce soit au niveau des banques, des livraisons, du commerce en ligne ou encore des gouvernements. Elle ouvre aussi de nouvelles portes pour l'hôtellerie. HRS commence à s'en inspirer et à proposer ses premières applications.

06 Bild01 Checkin 04 2018 De

Martin Biermann, HRS : Éviter les erreurs grâce à la technologie de la blockchain

Blockchain : vous avez très probablement déjà entendu ce mot. L'État fédéral américain de Virginie occidentale vient de permettre à ses administrés de voter à partir d'une application reprenant le principe de la blockchain. La célèbre banque HSBC a quant à elle effectué le premier financement commercial par blockchain. Ou encore, l'institut de crédit polonais enregistre les données de 25 millions de personnes et entreprises sur une blockchain. De plus, BMW prévoit d'enregistrer le kilométrage de ses véhicules en leasing sur une blockchain pour couper court à toute tentative de falsification.

En effet, de par sa structure technique, la blockchain, ou chaîne de blocs, a des propriétés exceptionnelles : chaque enregistrement effectué dans cette dernière est transparent et pratiquement impossible à modifier. Des blocs de données sont reliés les uns aux autres pour former une chaîne qui se poursuit à l'infini. Cette base de données chiffrée est enregistrée sur des centaines, voire des milliers d'ordinateurs qui contrôlent chaque nouveau bloc de données avant de le relier aux autres. C'est une sorte d'assemblée au cours de laquelle plusieurs participants rédigent conjointement le compte rendu et vérifient en continu ce que les autres écrivent. Et pour que le procès-verbal soit valable, il faut que tous les textes soient identiques.

Au début, la blockchain servait seulement à envoyer des bitcoins, tombés en discrédit, et d'autres cryptomonnaies, dans le monde. Le tout sans passer par des banques, car grâce à la sécurité intrinsèque, les partenaires n'ont pas besoin de se connaître, ni de se faire confiance. Avec le temps, de plus en plus d'entreprises s'intéressent à cette technologie, indépendamment de toutes les cryptomonnaies. La technologie permet de suivre des conteneurs maritimes dans le monde entier et le géant de la distribution américain Walmart peut identifier en quelques secondes les produits alimentaires rappelés. Le système de réservation de billets d'avion Amadeus teste actuellement la détection en temps réel des bagages perdus. Et la liste des idées est longue : transferts d'argent, brevets, registres fonciers et autres droits d'auteur peuvent être gérés simplement et efficacement avec une blockchain. La technologie permet également de remontrer précisément et rapidement à la source des informations, images ou vidéos, notamment pour identifier les Fake News.

La blockchain chez Siemens et HRS

Il va sans dire que la blockchain a également toute sa place dans le secteur des voyages et de l'hôtellerie. Siemens et le pôle d'innovation de HRS ont ainsi lancé un premier projet, un système d'identification unique basé sur une blockchain. La « Corporate Hospitality Blockchain » [Blockchain de l'hébergement d'entreprises] devrait être une première pour le secteur. Cette chaîne de données vise à associer les données sur les réservations, les voyageurs concernés par la réservation et bien d'autres données. L'hôtel reçoit ensuite un simple lien par e-mail pour consulter ces données. Le voyageur doit y confirmer son identité au moyen d'un code PIN qu'il est le seul à connaître. Ainsi, il n'est plus nécessaire de contrôler les papiers d'identité, cartes de visite et autres justificatifs.

Le système fonctionne depuis le mois de juin à Pékin et Shanghai, mais devrait être également lancé dans quelques hôtels en Allemagne, comme le révèle Martin Biermann, Vice-Président en charge du développement de produits de HRS Group. Car comme sur la blockchain, les données sont vérifiées et exactes en permanence, non seulement il est garanti que les réservations et les tarifs correspondent aux données personnelles des voyageurs, mais de plus, cela permet de pré-remplir les fiches de réservation et d'éviter les erreurs répétées sur les factures, notamment au niveau des noms, des adresses ou des dénominations sociales.

De nouveaux moyens de distribution grâce à la blockchain

Martin Biermann y voit un autre domaine d'utilisation, grâce à la gestion sécurisée des données à caractère personnel, en particulier vis-à-vis du nouveau Règlement général sur la protection des données (RGPD) de l'UE. « En général, les hôtels sont présents sur de nombreux canaux de distribution sur lesquels sont échangées de nombreuses données à caractère personnel et autres données de paiement », explique Martin Biermann. Il est presque impossible de garder le fil des données qui sont conservées et des personnes qui y ont accès, et si nécessaire, de le démontrer. HRS s'est donc donné pour objectif de placer ces données dans une blockchain afin de pouvoir en garantir l'utilisation aux clients professionnels, par exemple, mais aussi l'effacement ultérieur.

Il serait également intéressant de conclure des contrats sur la base d'une blockchain, des contrats intelligents qui se rempliraient automatiquement en fonction de paramètres préalablement convenus. Dans les négociations entre les hôtels et les entreprises, on se tourne de plus en plus vers le sourcing continu, poursuit Martin Biermann. Par exemple, on détermine tous les trimestres si les tarifs négociés étaient disponibles en nombre suffisant, ou si le volume convenu a été atteint. « Si nous plaçons les données à caractère personnel, les tarifs et les réservations dans une blockchain, nous pourrons automatiser des processus parfois coûteux, » selon Martin Biermann. Il voit en HRS l'initiateur d'un « système central indépendant facilitant la tâche des deux parties ».

Mais on peut en attendre bien plus de la blockchain, comme des systèmes de paiement sûrs et peu coûteux, complètement indépendants de bitcoin et compagnie. Ou de nouveaux modes de distribution. Ainsi, le groupe de voyages TUI veut contrôler l'ensemble de son contingent de lits par une blockchain. Ou encore, à Stockholm, le Hobo Hotel propose sa propre offre sur une blockchain, à laquelle les prestataires tiers peuvent avoir accès automatiquement et, par exemple, proposer des forfaits séjours. Et d'autres idées devraient suivre.